Parisonweb.com

Les incroyables trouvailles des pépites de I’ industrie textile

Ouvry protège Localisation : Lyon-Vaise (Rhöne)
Effectif : 10 CA : ME, vise les 20 M€ en 2017

Spécialités : les systèmes de protection individuelle NRBC, également connus sous l’acronyme NRBCe (Nucléaire, Radiologique, Biologique, Chimique et explosif). Ouvry développe ainsi des solutions pour les forces armées, sécurité civile, forces spéciales, santé, forces de l’ordre, infrastructures critiques… De quoi protéger les intervenants en milieux hostilesSpécialités : les systèmes de protection individuelle NRBC, également connus sous l’acronyme NRBCe (Nucléaire, Radiologique, Biologique, Chimique et explosif). Ouvry développe ainsi des solutions pour les forces armées, sécurité civile, forces spéciales, santé, forces de l’ordre, infrastructures critiques… De quoi protéger les intervenants en milieux hostiles.

Produits/projets innovants : Le projet SELDEC propose de développer des textiles fonctionnalisés avec des matériaux photocatalytiques, capables de s’auto décontaminer sous illumination naturelle visible/solaire et artificielle, UV-A.
Spécialités : du tissage de la soie il y a 100 ans et du fil de verre dans les années 50, le groupe a su se reconvertir dans les textiles techniques pour les domaines de l’automotive, le bâtiment, l’industrie, les composites, l’électronique et le sport.
Produits/projets innovants : tissus 3D en fibre carbone pour la réalisation de pièces composites, principalement pour l’aéronautique et les industries pétrole/gaz. Tissus ultra-légers (Skytex) dédiés la conception de voile parapente.
La maille jetée de Texinov
Localisation : La Tour-du-Pin (Isère)
Effectif : 50
CA : 13 ME
Spécialités : le textile technique en technologie maille jetée, ou warp knitting, pour le génie civil, l’agriculture, l’ingénierie textile, le médical. Leader français des filets anti-insectes pour l’agriculture. Produits/projets innovants : un filet anti- insectes compostable et donc écologique, en matière bio-sourcée avec l’utilisation de fils en PLA, biomatériau renouvelable à base d’amidon (mais ou pomme de terre).
Serge Ferrari Group maitrise l’énergie
Localisation : La Tour-du-Pin (Isère)
Effectif : 585
CA : 140 M€ (2013)
Spécialités : leader européen de la filière des membranes composites souples, le groupe développe des matériaux innovants pour l’architecture (façade microclimatique, protection solaire, solutions acoustiques…), des matériaux de spécialité (structures légères modulaires pour l’industrie, protection de l’environnement, bioénergie et sécurité, communication visuelle) et des matières pour le design et l’outdoor (yachting, mobilier…). Produits/projets innovants : Soltis LOWE, une gamme de produits qui permet de réfléchir l’air conditionné en été, tout comme le chauffage en hiver pour les garder ä l’intérieur du bâtiment, par effet miroir. L’efficacité de ce matériau 100% recyclable permet de réduire les dépenses énergétiques des bâtiments tout en conservant une parfaite visibilité vers l’extérieur, sans éblouissement et assure un niveau de translucidité suffisant pour préserver l’apport en lumière naturelle. Première installation d’envergure : la Tour D2 à La Défense.
Des défis à relever
«La force de I’ industrie textile française ? Son équilibre entre créateurs et ingénieurs, production de mode ou de luxe et textiles techniques. Nous avons également hérité, et su conserver, des savoir-faire dans la laine, le lin, la soie, maintenant le chanvre, la dentelle, la broderie et les matières synthétiques», affirme Emmanuelle Butaud-Stubbs. Hélas, les entreprises textiles nationales continuent à être pénalisées par un coût élevé du travail, des taxes et impôts pesant sur la production. Résultat, une balance commerciale déficitaire en 2013 : Mds€ d ‘ exportations contre 14,4 Mds€ d’importations, majoritairement de Chine qui, contre toute attente, développe aussi une offre haut de gamme. La réponse tri- colore ? «Les industriels du textile devront continuer à travailler en collaboration avec les autres industries le textile est un matériau souple qui peut être utilisé dans beaucoup d’applications. Ainsi, Bpifrance soutient les projets collaboratifs, tandis que les pôles de compétitivité comme Up-tex en Nord-Pas-de-Calais, TECHTERA en Rhöne-A1pes ou Pôle Fibres en Alsace-Lorraine permettent une émulation entre les entreprises du secteur», indique Isabelle Vallée. Encourageant, le CA de l’industrie textile en France, qui s’élevait 12,5 Mds€ en 2013, affichait une progression d’environ 1% en 2014. Et les investissements ne font que commencer !
Louise Roumieu
*Chiffres communiqués par Opcalia, UITy
IFM et les douanes
Lemahieu, la fibre du bien-être.
Un slip qui sent toujours bon, un oreiller qui diffuse des huiles essentielles pendant votre sommeil, des sous- vêtements anti-microbiens pour faire barrière aux infections nosocomiales en milieu hospitalier… telles sont quelques-unes des 280 références de cette entreprise située ä Saint-André-Lez-Lille dans le Nord-Pas-de-Calais.

 

Depuis 1978, Édith Lemahieu, fille du fondateur, et son mari Olivier Diers poursuivent l’évolution et le développement de l’entreprise créée en 1947. En 37 Olivier Die ans, la petite bonneterie familiale (tricot en maille) s’est modernisée, a diversifié ses produits et intensifié ses partenariats avec des réseaux professionnels. «Pour s’entourer, travailler en réseau partager ses expériences, générer des synergies…», précisent les dirigeants, qui travaillent avec des confrères de la filière textile (fournisseurs, teinturiers, laboratoires…), le pôle de compétitivité Up- tex ou encore le syndicat des industriels de la maille URIC-UNIMAILLE. Labellisée «0rigine France Garantie», Lemahieu a pris le parti de développer son activité sur des niches comme la cosmétotextile (vétements aux effets amincissants, hydratants, rafraichissants ou accélérateurs de bronzage) ou la lingerie paramédicale. Elle consacre ainsi 250.000 € par an la et 300.000 € la modernisation de ses matériels, soit une part significative de ses 6 M€ de CA.
Aujourd’hui, la distribution des vêtements cosmétotextiles se démocratise puisque 35% des ventes Lemahieu sont réalisées via les boutiques de détail, 45% en grande distribution (Auchan, Carrefour, Cora…) et 15% en VAD (La Redoute, 3Suisses, Daxon…). Une bonne nouvelle pour la PME aux 110 salariés et 1 million de pièces produites par an, exclusivement en France !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *