Le marché du prêt à porter français

Le marché du prêt à porter français :

Le marché français du prêt à porter a connu un net recul ces dernières années, crise oblige… Mais cette année, les ventes repartent à la hausse.
On attend en effet, une progression des ventes de mode féminine de 1,5 aurait lieu prochainement, suivie d’une nouvelle hausse de 2% en 2016
Les marques et les enseignes vont donc tout faire pour gagner des parts de marchés : une concurrence rude, qui se joue dans l’efficacité des stratégies marketing cross canal. [L’IFM est la plus mitigée dans ses études, car à l’étude du long terme, elle a plutôt tendance à prévoir que la consommation finale d’articles d’habillement devrait connaître, en France, un léger recul de I % en 2015.] On peut rappeler qu’au total, sur l’ensemble de la période 2007 – 2014, le marché (28,3 milliards d’euros de dépenses d’habillement en 2014) a perdu 12% de sa valeur ; cependant en regardant la stabilisation de 2014, elle affiche aussi une vision nettement plus positive.

Un début d’année difficile
Donc les chiffres sont très variables d’une étude à l’autre… Et si quelque espoir naissait effectivement en fin d’année dernière pour les distributeurs spécialisés de prêt-à-porter féminin, la tendance des soldes de ce mois de janvier accuse une baisse assez significative, sans doute due au niveau du moral des français… En effet, au cours de la première quinzaine des soldes d’hiver 2015, la consommation d’articles d’habillement et de textiles a accusé un recul d’environ 6 % par rapport à l’année dernière.
Pour mémoire, la consommation au cours de la première quinzaine des soldes de l’hiver 2014 était restée stable par rapport à 2013. Hormis les chaines de grande diffusion qui semble avoir mieux résisté, tous les circuits de distribution ont subi une chute de leur consommation comprise entre – 5 % et 10%. Même si la troisième semaine avérée plus animée, les perspectives pour les semaines de soldes restantes ne semblent pas favorables : les évolutions commerciale attendues par les distributeurs sont négatives pour 52 % d’entre eux, seuls 14 % les jugeant favorables.

 

S’en sortir par une dynamique « digitale »
Les enseignes spécialisées, dont les franchises, misent aujourd’hui fortement sur le digital. Les stratégies cross canal les plus inventives viennent animer des dispositifs web-to-store de plus en plus inventifs. Par exemple, le service di click & collect qui permet aux clientes de passer leur commande en ligne puis de récupérer les achats en magasin, pour le cas échéant, compléter leur shopping sur place se généralise. Aujourd’hui, les marques l’ont bien compris, Internet est incontournable et représente déjà 15 % des achats de vêtements féminins.
La créativité des applications, la relation entretenue par les réseaux sociaux, ergonomie des sites Internet, le cross marketing faisant se répondre les services Internet et les boutiques : tout cela semble assez nouveau et pourtant les consommatrices – surtout les jeunes – sont déjà accros à tous les avantages du e-commerce et du m-commerce.

One thought on “Le marché du prêt à porter français :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *